Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Davide Audisio, lauréat d’une bourse "Consolidator Grant" 2019 de l'European Research Council

Actualité | Chimie

Davide Audisio, lauréat d’une bourse "Consolidator Grant" 2019 de l'European Research Council


​L'European Research Council (Conseil Européen de la recherche) a annoncé, le 10 décembre 2019, les lauréats des bourses ERC « Consolidator Grant ». Trois chercheurs du CEA se voient récompensés pour l'excellence de leurs travaux dans les domaines de l'astrophysique, de la physique des particules et de la chimie. A Joliot, c'est la chimie qui est à l'honneur avec l'attribution de la bourse à Davide Audisio (SCBM) pour son expertise en marquage de molécules d'intérêt au 14Carbone.

Publié le 10 décembre 2019

L'European Research Council (ERC) vient d'annoncer la liste des 301 chercheurs européens lauréats des bourses Consolidator Grant, bourses attribuées aux scientifiques ayant entre sept et douze ans d'expérience professionnelle après leur doctorat. Trois chercheurs de la direction de la recherche fondamentale du CEA sont lauréats en 2019 dans les domaines de l'astrophysique, de la physique des particules et de la chimie. A Joliot, le lauréat est Davide Audisio, chercheur au SCBM. La recherche fondamentale et la recherche appliquée menées au CEA sont ainsi à nouveau reconnues par ce programme hautement sélectif.  

Davide Audisio, chimiste à Joliot : une chimie de haut vol pour la pharmacologie.

Davide Audisio a rejoint l'Institut Frédéric-Joliot du CEA en 2014 et est actuellement responsable du laboratoire de marquage au carbone 14 (14C).
« Le marquage au 14C est une activité historique du CEA, qui est le seul établissement français académique à travailler dans ce domaine », souligne le chercheur. Si la datation au 14C est une activité bien connue du grand public, il n'en est pas de même pour ce qui intéresse Davide Audisio et son équipe, bien que son incidence dans la société soit capitale : « Ce marquage est utilisé pour suivre le trajet de molécules d'intérêt dans l'organisme, notamment les candidats-médicaments au cours des phases de tests précliniques et cliniques, ou encore dans l'environnement, par exemple dans le cadre de l'élaboration de pesticides. » Plus de 80% des médicaments sont testés à l'aide du marquage au 14C avant leur mise sur le marché. C'est un marquage « invisible », c'est à dire qui ne modifie pas la nature de la molécule.
Quel est le principe ? « Les atomes de carbone naturels (12C) sont remplacés par leurs isotopes (14C) qui sont radioactifs. La molécule devient alors détectable et on peut suivre son absorption, sa distribution, son métabolisme et son excrétion par l'organisme », explique le chimiste.


Davide Audisio - Crédit : CEA/Laurence Godart

Cette technique est utilisée depuis des décennies. Pourtant, les procédés de marquage actuels comportent de nombreuses étapes et génèrent beaucoup de déchets radioactifs. Le projet de Davide Audisio et son équipe consiste à imaginer et concevoir un procédé plus rapide, moins coûteux et moins polluant. Aujourd'hui, la fabrication d'un médicament radio marqué se fait à partir d'un carbonate de baryum radioactif, particulièrement coûteux. Les étapes ultérieures construisent brique à brique le médicament jusqu'à ce qu'il devienne la réplique exacte de la molécule souhaitée. « Nous cherchons à faire en sorte que le marquage soit la dernière étape du procédé, explique-t-il. On part du médicament, on coupe les liaisons avec le 12C que l'on  remplace par le 14C.  Les avantages sont multiples. Il y a beaucoup moins d'étapes, c'est moins cher et cela engendre moins de déchets radioactifs. » Mais la tâche n'est pas simple. En effet, la liaison chimique entre le carbone et les autres atomes qui constituent le  médicament est très forte. Il est donc très difficile de casser cette liaison pour remplacer le 12C par le 14C sans détruire ou transformer la molécule. Dans un travail collaboratif, une preuve de concept a déjà été obtenue en identifiant un catalyseur permettant de faire ce travail sur une famille de molécules et notamment sur un antibiotique. Cela ressemble à un copier/coller qui coupe la liaison avec le 12C et reforme la même liaison avec le 14C radioactif.

Grâce à la bourse ERC Consolidator, Davide Audisio souhaite maintenant construire une boîte à outils remplie de catalyseurs qui permettrait de travailler sur l'ensemble des molécules pharmaceutiques d'intérêt.

En savoir plus : actualité Joliot du 11/01/2019 


Texte adapté du Fait Marquant CEA du 10/12/2019 


Haut de page