Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Denis Le Bihan nommé membre d’honneur de la Japan Radiological Society

Nomination | IRM

Denis Le Bihan nommé membre d’honneur de la Japan Radiological Society


La Société de Radiologie Japonaise a nommé Denis Le Bihan comme l’un de ses membres d’honneur. Une distinction qui vient récompenser l’importance des travaux du chercheur pour le développement de l’imagerie par résonance magnétique et qui souligne les liens qu’il a su tisser avec ses collaborateurs japonais depuis près de 30 ans.

Publié le 12 juin 2020

​C’est à l’occasion de son congrès annuel, que la Société de Radiologie Japonaise (Japan Radiological Society – JRS) a annoncé la nomination de Denis Le Bihan comme membre honoraire de la société. Denis Le Bihan entre au Service Hospitalier Frédéric Joliot du CEA en 1994. Il y crée le laboratoire de neuroimagerie anatomique et fonctionnelle. C’est sous son impulsion et celle d’André Syrota que NeuroSpin voit le jour avec comme objectif de développer et d’utiliser les ultra hauts champs pour comprendre le fonctionnement du cerveau humain. Il en est le premier directeur en 2007.

La distinction attribuée par la JRS rappelle une fois de plus l’extraordinaire apport du chercheur pour l’imagerie par résonance magnétique (IRM). C’est lui qui invente et développe le concept d’IRM de diffusion, une méthode aujourd’hui largement employée dans les hôpitaux et centres d’imagerie pour diagnostiquer aussi bien les AVC ischémiques que les cancers (en particulier foie, prostate, sein), et obtenir des images en couleurs et en 3D des connexions cérébrales.

Cette reconnaissance est aussi le fruit d’une longue histoire entre le chercheur et le Japon. Débutée en 1992 alors qu’il travaille au NIH (Bethesda, Maryland, USA), elle ne cesse de se développer. Depuis 2005, Denis Le Bihan est « Visiting professor » à l’Université de Kyoto, nomination qui s’inscrit dans une collaboration plus large entre le CEA et cette Université. C’est dans ce cadre que Denis Le Bihan développe à partir de l’IRM de diffusion un nouveau concept d’imagerie pour le diagnostic du cancer du sein et une nouvelle méthode d’imagerie fonctionnelle cérébrale. Pour cette dernière, les signaux obtenus par IRMf par diffusion sont plus directement corrélés dans le temps et dans l’espace à l’activité neuronale que ceux obtenus par IRMf BOLD, actuellement méthode de référence pour obtenir des images des régions du cerveau où les neurones sont activés (pour en savoir plus, lire l’actualité parue sur notre site le 11 juin 2020).

Le chercheur n’en est pas à sa première reconnaissance par la communauté scientifique japonaise. En 2012, il reçoit le Honda Prize et, fin 2018, un certificat d’honneur du Ministre des Affaires Etrangères japonais pour son rôle moteur dans le rapprochement Japon – France dans le domaine de la science et de la technologie. Gageons que ce ne sera pas la dernière…


Haut de page