Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L’analyse biologique par microfluidique démarre au SPI !

Vie du centre | Biopuces | Méthodologies pour les sciences du vivant

L’analyse biologique par microfluidique démarre au SPI !


Le laboratoire d’études et de recherches en immunoanalyse (LERI/SPI) se dote d’une plateforme de microfluidique pour concevoir de nouveaux formats miniaturisés d’analyse biologique. Le LERI poursuit ainsi ses efforts dans le développement de tests de diagnostic ou de détection, rapides, de faible coût et d’utilisation facile. 

Publié le 27 février 2020

​Dans le domaine des maladies infectieuses, le laboratoire souhaite notamment miniaturiser des tests ELISA plus sensibles et quantitatifs que les tests bandelettes actuels de type immuno-chromatographiques. Premières cibles de ces tests ? Les enzymes microbiennes responsables de la résistance aux antibiotiques parmi les plus prescrits, de type b-lactamine.

C'est Karla Perez-Toralla, recrutée en 2019, qui est en charge de la plateforme. Elle n'en est pas à son coup d'essai puisqu'elle a déjà travaillé sur des systèmes microfluidiques à l'Institut Curie, à l'Université Paris Descartes et à l'Université de Nebraska-Lincoln, aux Etats-Unis. Depuis son arrivée au SPI, une partie de son travail a consisté à équiper tout un laboratoire du matériel nécessaire à son activité microfluidique, de l'imprimante 3D et la machine de découpe laser pour fabriquer les puces microfluidiques et des microsystèmes en papier, au microscope inversé à fluorescence pour l'analyse proprement dite, en passant par le système plasma pour la fonctionnalisation de surfaces.

Karla Perez-Toralla coordonne, entre autres, le projet DREAM qui implique le LERI et le Laboratoire des Systèmes Microfluidiques et Bio-ingénierie (LSMB/LETI, Direction de la Recherche Technologique), financé par les Programmes Transversaux de Compétences du CEA. 


Haut de page