Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités > Allergies aux poils de chien: Cave canem.

Résultat scientifique | Allergies

Allergies aux poils de chien: Cave canem.


​Bien que moins connue que l'allergie aux poils de chat, l'allergie aux poils de chien est fréquente chez les sujets ayant une prédisposition aux allergies. Une équipe du SIMOPRO, en collaboration avec une équipe finlandaise, a caractérisé la réponse mémoire de lymphocytes T CD4 contre la lipocaline Can f4, un important allergène respiratoire canin récemment identifié. 

Publié le 27 janvier 2016

​Les allergies résultent d'une réponse immunitaire exacerbée généralement contre des protéines présentes dans ou sur l'agent sensibilisant tels que le sont les poils de chien. A l'heure actuelle, six protéines ont été décrites comme participant à la réponse allergique aux poils de chien. Seule la protéine Can f1 a fait l'objet d'études immunologiques détaillées (réactivité des lymphocytes T), alors que la réponse des lymphocytes T CD4 est bien connue comme ayant un rôle central dans l'inflammation allergique. L'équipe a donc étudié la réponse mémoire des lymphocytes T CD4+ dirigée contre Can f4, un important allergène respiratoire du chien qui n'a été découvert que récemment.
Des lignées de lymphocytes T CD4 spécifiques de Can f4 ont été dérivées à partir de cellules de patients allergiques et de donneurs sains. Ces cellules ont été caractérisées pour leur spécificité peptidique, leur phénotype et leurs capacités fonctionnelles. Nous avons obtenu 8 fois plus de lignées de lymphocytes T à partir de patients allergiques qu'à partir de sujets sains (Fig.1). Ces lymphocytes possèdent un récepteur T qui présente une avidité  élevée et expriment beaucoup de récepteurs de haute affinité de l'IL-2. Ils expriment principalement de l'IL-4 et de l'IL-5 alors que les lymphocytes T issus de sujets sains sécrètent surtout de l IFN-g et de l'IL-10 avec une forte expression de CXCR3.
Plusieurs régions (epitopes T) reconnues par les lymphocytes T ont été identifiées et une région située entre les positions 43 et 67 apparait comme particulièrement intéressante. Elle se lie à de nombreuses molécules HLA de classe II et induit des réponses mémoire de lymphocytes T CD4 chez 90% des donneurs (Fig.2).

Figure 1 : Obtention de lignées de lymphocytes T CD4 dirigés contre Can f4 chez des patients allergiques et sains.
Figure 2 : Liaison des peptides chevauchant la séquence de Can f4 sur les molécules HLA de classe II prépondérantes.​


Cette étude montre qu'il existe une forte réponse mémoire des lymphocytes T CD4 de type TH2 dirigée contre Can f4 chez les patients allergiques, qui rend compte de leur allergie. L'immunoprévalence élevée de la séquence 43-67 de l'allergène Can f4 en fait un candidat potentiel pour la désensibilisation des patients allergiques aux poils de chien, basée sur l'utilisation de peptides.

Haut de page