Vous êtes ici : Accueil > Entités de recherche > Équipe Neuroimagerie du développement

Laboratoire | Cerveau | Cognition


Équipe Neuroimagerie du développement

Publié le 23 avril 2018

Responsable
Ghislaine Dehaene-Lambertz
01 69 08 81 72
ghislaine.dehaene-lambertz@cea.fr

Thématiques de recherche

L’équipe de Neuroimagerie du développement travaille sur le développement cognitif du bébé, et de l’enfant d’âge scolaire. Le but de l’équipe est de comprendre quelles sont les capacités initiales de l’être humain et comment elles se développent grâce à la maturation du cerveau et aux stimulations de l’environnement.


Le bébé de 2 mois active déjà ses aires du langage, dans l’hémisphère gauche,
lorsqu’il écoute des phrases dans sa langue maternelle © Mon cerveau à l’école



La recherche dans ces domaines a beaucoup progressé grâce au développement des techniques d’imagerie cérébrale, qui permettent désormais de voir fonctionner le cerveau en direct, sans inconvénient pour la personne, même aux plus jeunes âges.
L’équipe utilise essentiellement l’Imagerie Fonctionnelle par Résonance Magnétique (IRMf), l’Electro ou la Magnéto-EncéphaloGraphie (EEG et MEG). Ces instruments ont permis des avancées considérables dans la compréhension des troubles du développement (les troubles DYS : dyslexie, dyscalculie dyspraxie) mais aussi dans la prise en charge de maladies neurologiques et psychiatriques.




 

 Le kids’ Lab © Mon cerveau à l’école
 Exemple de MEG et EEG © Mon cerveau à l’école
 


Études récentes

Dernièrement, l’équipe de Neuroimagerie du développement a découvert que les bébés âgés de un à six mois apprennent rapidement à reconnaître les visages de leur entourage en utilisant essentiellement leur hémisphère droit comme l’adulte. Cela souligne l'extrême organisation cérébrale du cerveau humain dès les premiers mois de vie.

Légende : Un visage est toujours présenté à gauche et un autre visage à droite. De temps en temps, un visage nouveau est présenté à droite, ou à gauche. Les électrodes gauches n'enregistrent aucune différence, contrairement aux électrodes droites (en noir, la réponse cérébrale au visage fréquent, en rose la réponse au visage nouveau.) Crédits : Unicog


Une autre étude importante, menée chez des enfants de cours préparatoire, a permis de suivre la spécialisation d'une région visuelle pour les mots lors de l'apprentissage de la lecture. Cette région, localisée dans l'hémisphère gauche émerge dans une région encore « libre » de toute spécialisation, et bloque l'expansion de la région voisine des visages.

Légende : A) Mosaïque visuelle : Activations moyennes pour les différentes catégories visuelles à travers les 10 enfants et les 7 sessions de test, présentées sur une coupe horizontale passant par les régions temporales ventrales (la couleur du cadre correspond à la couleur de l'activation pour ce type d'images). Chaque catégorie visuelle active une région particulière pour des raisons liées au type de calcul fait par la région et à sa connectivité avec d'autres régions cérébrales. La réponse aux mots (en vert) apparait à gauche à côté de la région des visages et de celle des outils.
B) Activation spécifique pour les mots chez un enfant à trois moments clés, la fin de la grande section de maternelle où aucune réponse n'est visible, à la fin du CP où la « région des lettres » est en place (flèche verte) mais de nombreuses autres régions liées à l'attention interviennent du fait de l'effort de lecture, et à la fin du CE1 où la lecture automatisée ne fait plus appel qu'à un nombre réduit de régions : la « région des lettres » (qui reconnait la forme visuelle des lettres) et la région de conversion des lettres en sons (flèche orange).
Crédits : Unicog
 
 

Membres permanents de l'équipe 

  • Ghislaine Dehaene-Lambertz (responsable);
  • Caroline Huron;
  • Jessica Dubois;
  • François Leroy.

Haut de page