Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Agnès Delaunay-Moisan (I2BC) participe à l’étude PED-COVID coordonnée par l’hôpital Necker

Actualité | Santé & sciences du vivant | Maladies infectieuses

Agnès Delaunay-Moisan (I2BC) participe à l’étude PED-COVID coordonnée par l’hôpital Necker


L'étude PED-COVID vise à étudier l'immunoprévalence et l'immunoprotection contre le virus responsable du Covid-19, SARS-CoV2, chez de jeunes enfants et leurs parents.
Publié le 30 avril 2020

L'évolution de l'épidémie de Covid-19 est déterminée essentiellement à la fois par le nombre de personnes contagieuses et celui de personnes encore susceptibles à la maladie. Or, le rôle joué par la population pédiatrique sur ces deux aspects reste encore mal compris. Les premières études réalisées en population générale indiquent que les jeunes enfants pourraient être moins infectés que le reste de la population. De nombreuses zones d'ombre subsistent cependant, quant à leur taux d'infection réel et leur capacité à développer une réponse immunitaire protectrice s'ils ont été infectés.


C'est l'objet de l'étude PED-COVID, coordonnée par l'hôpital Necker à laquelle participe Agnès Delaunay-Moisan*, du Laboratoire Biologie Redox et Maladies de l'institut Joliot. Cette étude va analyser d'un part le statut immunologique d'un échantillon représentatif d'enfants hospitalisés ou transitant par l'AP-HP et le comparer à celui de leurs parents. D'autre part, elle recherchera, indépendamment de la présence de symptômes, la présence de virus chez ces enfants, en analysant de manière exhaustive des fluides biologiques potentiellement contaminés. Ces approches seront complétées par des techniques de détection alternatives (tests ELISA et tests rapides) développées par le SPI (LERI), seul ou en partenariat avec la société NG Biotech. Ainsi, dans les semaines à venir, PED-COVID fournira une estimation dans la région parisienne du nombre d'enfants ayant été infectés par le virus depuis le début de l'épidémie, leur immunoprotection contre le SARS-CoV2 et une indication en temps réel de leur capacité à propager le virus (réservoir viral). Une deuxième étude est prévue afin d'évaluer l'immunoprotection à plus long terme (mémoire immunitaire acquise). La comparaison enfants/parents offrira une occasion unique de comparer la sensibilité et la réponse immunitaire de deux groupes de population ayant une exposition virale similaire.


NB : texte rédigé par la direction de la communication du CEA

*A Delaunay-Moisan s'est exprimée avec ses collègues de l'hôpital Necker sur Francetvinfo le 18 avril dernier au sujet de l'étude PED-COVID : « Coronavirus : les enfants sont-ils moins vecteurs de la maladie qu'on ne le pensait ? »


Haut de page